News
20.11 - Opéra Grand Avignon - L'Autre Scène 13.12 - La Garance, Scène nationale de Cavaillon 19.12 - Chapelle des Ursules - Angers CD Handel - Melodies in Mind dans la presse
CD Handel - Melodies in Mind dans la presse
//

« Le disque rend aussi hommage aux instruments du Musée de la Musique à Paris : un facsimilé de la flûte alto de Thomas Stanesby Junior réalisé par Bruno Reinhard, qu’Héloïse Gaillard sonne avec autant de précision que de chaleur — quel phrasé ! — et un clavecin anglais Longman & Broderip, mis en valeur par quelques très belles pièces solistes jouées par Violaine Cochard, dont le touchant Menuet hwv 434. »
Loïc Chahine, 4**** Le Babillard, 24 octobre 2018

L'article en intégralité ici


« Les interprètes ont choisi de regrouper des extraits de suites pour clavecin et de sonates pour dessus et basse-continue, afin de créer deux suites imaginaires alternant mouvements lents et rapides, dans la tradition de la suite de danses. Les deux suites se terminent chacune magistralement par une transcription pour trio instrumental de deux grandes pièces à variations écrites pour clavecin, une Aria et une Chaconne. La flûte d’Héloïse Gaillard et le violon d’Alice Piérot s’y répondent en un feu d’artifice virtuose qui rend un parfait hommage au génie mélodique de Haendel. À noter également, la qualité de la réalisation de la basse continue sous les doigts de Violaine Cochard au clavecin, soutenue par le violoncelle d’Annabelle Luis. »
Cécile Glaenzer, A emporter ResMusica, 20 avril 2018

L'article en intégralité ici


« Nous sommes ici pour la flûte. C'est elle qui domine les échanges, elle qui tient la partie supérieure des trios (l'autre revient au violon si attentif d'Alice Piérot, heureusement deux fois seule dans la seconde « Suite imaginaire ») elle qui chante, et danse, et anime [...]. Le violon perce ici ou là ; le clavecin délivre une merveilleuse Allemande de la Suite en ré mineur (joliment ornée aux reprises) ; le violoncelle d'Annabelle Luis soutient l'ensemble avec dévotion ; mais la reine de la fête dicte sa loi. Elle se nomme E.980.2.82 [fac-simile de la flûte à bec de l'illustre Thomas Stanesby conservée au Musée de la musique de Paris] ».
Ivan A. Alexandre, 4**** Diapason, avril 2018


Retour aux actualités