News
05.10 - Palais du Tau in Reims 27.10 - Abbey of Fontevraud Effervescence in Pléguien CD Handel - Melodies in Mind in newspapers MéChatmorphoses à Caen et Rennes

Handel - Melodies in Mind

Suite & Trio Sonatas

Presentation

The idea for this instrumental programme featuring the trio sonata emerged when the Philharmonie de Paris and Musée de la Musique commissioned the construction - by Bruno Reinhard – of a replica of a superb recorder made by an Englishman who was Handel’s contemporary.
Violaine Cochard, harpsichordist and co-founder of Ensemble Amarillis, was given the opportunity to play on a remarkable English Longman and Broderip harpsichord lent by Paris's Musée de la Musique. It inspired us to offer audiences these trio sonatas paired with pieces for solo harpsichord, some of which we have arranged for the instruments in our group.
Next, we wished to create two Imaginary Suites in the spirit of the dance suite. The order of the dances is simply what struck our fancy. We especially enjoy the variety of instrumental colors and forms.
Finally, we asked a contemporary composer, Erik Desimpelaere, to set the pieces at the end of each suite – an Aria with variations and a Chaconne – for trio with basso continuo.
To play a wordless melody in its most personal expression : this is the challenge issued by Handel, a composer whose universal spirit encompassed a passion for painting and who portrayed the whole spectrum of human emotion in his music.

------

Recorded at La Cité de la Musique-Philharmonie de Paris, in the Cité de la Musique building designed by architect Christian de Portzamparc, on two instruments from the Musée National de la Musique: a single- manual Longman and Broderip harpsichord (London, late 18th century) and a replica of the alto recorder in F  by Thomas Stanesby, Jr. (London, between 1725 and 1750) made by Bruno Reinhard en 2017.

 

Awards

Diapason 4****

ResMusica À emporter

On-top Audio 5/5

What the press says

Diapason { avril 2018 }
Ivan A. Alexandre
« Nous sommes ici pour la flûte. C'est elle qui domine les échanges, elle qui tient la partie supérieure des trios (l'autre revient au violon si attentif d'Alice Piérot, heureusement deux fois seule dans la seconde « Suite imaginaire ») elle qui chante, et danse, et anime [...]. Le violon perce ici ou là ; le clavecin délivre une merveilleuse Allemande de la Suite en ré mineur (joliment ornée aux reprises) ; le violoncelle d'Annabelle Luis soutient l'ensemble avec dévotion ; mais la reine de la fête dicte sa loi. Elle se nomme E.980.2.82 [fac-simile de la flûte à bec de l'illustre Thomas Stanesby conservée au Musée de la musique de Paris] ».
On-top audio { 08août 2018 }
Jean-Pierre Robert
« L'inventivité de l'adaptation comme de l'assemblage des pièces, la délicatesse du jeu, de la flûtiste en particulier, le soin dans le phrasé, la vitalité avec laquelle les musiciens s'emparent de ces musiques, sans parler d'une conviction de tous les instants, font de ce disque un vrai moment de bonheur. »
ResMusica { 20avril 2018 }
Cécile Glaenzer
« Les interprètes ont choisi de regrouper des extraits de suites pour clavecin et de sonates pour dessus et basse-continue, afin de créer deux suites imaginaires alternant mouvements lents et rapides, dans la tradition de la suite de danses. Les deux suites se terminent chacune magistralement par une transcription pour trio instrumental de deux grandes pièces à variations écrites pour clavecin, une Aria et une Chaconne. La flûte d’Héloïse Gaillard et le violon d’Alice Piérot s’y répondent en un feu d’artifice virtuose qui rend un parfait hommage au génie mélodique de Haendel. À noter également, la qualité de la réalisation de la basse continue sous les doigts de Violaine Cochard au clavecin, soutenue par le violoncelle d’Annabelle Luis. »

Distribution

Amarillis

Héloïse Gaillard recorders

Violaine Cochard harpsichord

Alice Piérot violin

Annabelle Luis cello

Florent Marie archiluth